Regarder c’est choisir

L’art de François Mangeol est empreint de références historiques, artistiques, littéraires mais aussi personnelles. L’entrelacs proposé par l’artiste est une invitation à la pérégrination mentale et intellectuelle.

Les œuvres de François Mangeol sont autant d’indices à saisir, jalonnant l’itinéraire que vous êtes libre de tracer. Une production qui se révèle dans les éclats d’une pratique dont l’implacable logique en constitue le fil rouge.

Émilie Robert, historienne de l’art

Des actes engagés, des messages politiques et poétiques

Cultiver une acuité du regard

MANIFESTE

Les signes sont de plus en plus formatés par une signalétique. Ils n’ont plus guère d’interprètes. 

Les langues, les mots et les matières sont des matériaux bruts idéals pour articuler et stratifier du sens, pour raconter de nouveaux récits, défendre une conception humaniste de l’art et dessiner des actes engagés aux messages politiques et poétiques.

De facto, une ligne peut être plus qu’un simple trait.

La regarder, c’est choisir de cultiver une acuité du regard, source d’éveil intellectuel.

 

BIOGRAPHIE

François Mangeol (1984) vit et travaille à Paris.

Son travail est présent dans certaines collections internationales publiques et privées dont celle du MAMCO – Genève (Suisse) ; du Fonds national d’art contemporain français FNAC-CNAP ; celle du Kaiser Kunstmuseen Krefeld (Allemagne) ou la Collection IMAGO MUNDI de Luciano Benetton (Italie).

Des expositions individuelles de son travail ont été organisées à l’Institut français Milano – Italie, la galerie Mannerheim, la galerie Domeau et Pérès, la galerie ALB à Paris et dans plusieurs musées et centres d’art français et européens.

Il a participé à plusieurs expositions collectives et biennales comprenant la Art Paris Art Fair, la foire Bienvenue, Paris (France) ; l’ARCO, Madrid et la Swab Art Fair, Barcelone (Espagne), la DesignArt Tokyo (Japon) entre autres.

Il est diplômé de l’École d’art et design Saint-Étienne.

 

ORIGINES

Enfant, ma grand-mère alsacienne me racontait que les artisans qui construisaient les maisons glissaient dans les colombages des messages voire formaient à l’aide du bois des charpentes des mots dans un alphabet incompréhensible pour les non-initiés.
Ce fait – pour d’aucun anodin – est à l’origine de mon travail de racines rhizomatiques qui diffusent à travers l’ensemble de mes recherches. Une pratique qui porte en effet sur le message donc sur l’écriture, donc sur les alphabets.

Des alphabets inventés ou non et/ou ré inventés, transposés en fonction des projets pour hurler, pour dénoncer, pour faire réfléchir ou bien chuchoter.
Des alphabets diffus, visibles ou non, lisibles ou non qui parlent du temps également. Ou plutôt de l’urgence du temps. Une urgence via le temps nécessaire à la transmission de messages.

L’observateur peut alors être happé par ses nouveaux idéogrammes. À l’instar de messages subliminaux inconscients de prime abord, l’attentif emporte avec lui une impression, une piste qui se révèlera par après ou pas. Un ensemencement nécessaire pour infuser, donner à réfléchir, à réagir aussi parfois.
Ma production se rejoue à chaque fois et au plus profond de chacun par les rebonds, des ressorts et le potentiel de mise en abîme relatifs à la mise en mouvement de ses interprétation(s).

Artiste protéiforme, je joue avec les perceptions. Adepte de projets multi-facettes, je cherche à susciter un imaginaire commun. Dès lors, le langage est pour moi une source d’inspiration brute, inépuisable dont je stratifie et articule le sens.
Plus largement, ma démarche répond à une recherche polymorphe repensant de manière politique et poétique notre manière d’habiter le monde. J’aime créer des paradoxes, des oxymores, autant de figures pour marquer un temps d’arrêt et travailler à la fécondité de sa lecture.
Ainsi, passionné par la puissance esthétique et sémiologique des langages, je travaille à mettre en place des carambolages sémantiques qui laissent à tout un chacun sa propre lecture et sa propre interprétation.

Mes projets explorent des dimensions symboliques et présentent des réflexions sur des moyens de repenser nos systèmes de représentation, du temps et de l’infini.
Créer c’est respirer, c’est être vivant, c’est résister. Je tente de résister à la lisibilité, de travailler à la collision des langages et des signes pour flouter les frontières, interroger le réel et une certaine immédiateté toute contemporaine.
Attaché à une conception humaniste de l’art, je m’efforce ainsi à révéler ces réflexions, ces interrogations sur des sujets obsessionnels et passionnels comme le temps, l’urgence, la survie.

Se tisse ainsi un entrelacs d’intuitions multiples promptes à une poétique des langues, des langages et des situations.

Un plaisir sans cesse renouvelé d’une remise en question de systèmes de représentations, de l’écriture du temps, de la mémoire et de l’infini.

 

BIBLIOGRAPHIE

2020
« À la recherche du bonheur » Daviet Thery (à paraître)

2018
« Oblivion’s shore » EAFM
« Entre-là » EAFM

2017
« Even in the land of the rising sun the sun sets »  EAFM
« L’entretemps »  EAFM
« From Time to Time » Galerie Domeau & Pérès
« Ashes to Ashes » Mannerheim Gallery
« Paroles éphémère, Kotoba » Galerie Domeau & Pérès
« Colombage » Galerie Domeau & Pérès

2016
« Infinito » Institut Français Milano
« Countdown – Temps suspendu » – Galerie Domeau & Pérès
« Les Fabriques«  Galerie Domeau & Pérès
« Way for life under the sun » EAFM
« Raised eyes to the sky clearing its fall » EAFM
« COCOTO » EAFM

2015
« Délires sur un tapis »  ISBN : 9781320671385

2014
« Now Is Never Over«  Galerie Nuke

 

EXPOSITIONS PERSONNELLES

2019
« Empirique » Galerie ALB, Paris – France

2018
« Entre-là » NUIT BLANCHE 2018 – Mannerheim gallery, Paris – France

2017
« Ashes to ashes » Mannerheim gallery, Paris – France

2016
« Entre vous & moi » Galerie Domeau & Pérès, Paris – France
« Infinito » Institut Français Milano, Milan – Italie
« Sciemment, Patiemment » Centre d’Art – l’Assaut de la Menuiserie, Saint-Étienne – France
« Here and Now That’s All » Galerie Domeau & Pérès, Paris – France

2014
« Now Is Never Over » Galerie Nuke, Paris – France
« Now Is Never Ending » Ground Control, Paris – France

 

EXPOSITIONS COLLECTIVES (sélection)

2020
« Just a Matter of Time » ARCO, Madrid – Espagne

2019
« Earthscape » DesignArt, Tokyo – Japon
« Plan Espace Couleur » Musée de Bernay, Bernay – France
« Déviations » FITE 2019 – Musée d’art de Brasov, Brasov – Roumanie

2018
« 1 Nouveau Message » Espace LAPAIX, Paris – France
« Déviations » FITE 2018 – Musée Bargoin, Clermont-Ferrand – France
« From idea to form » Kunstmuseen Krefeld, Krefled – Allemagne
« 678 » Villa Bellevile, Paris – France

2017
« Dos à Dos » Swab Art Fair, Barcelone – Espagne
« France : Instant présent » Biennale d’Arte di Palermo, Palerme – Italie

2016
« Oh La la land » Mannerheim Galerie, Paris – France

2014
« La Petite Collection » Espace C02 – Galerie White Project, Paris – France
« Instincts – Objets de collection » Officiel FIAC, Paris – France
« Knowhow » Galerie Atelier Courbet, New-York City – USA
« Une école stéphanoise » Cite du design, Saint-Étienne – France

2013
« Utensili Culinari di domani » Boffi Gallery, Paris, Lyon – France
« Regards archeo-design » Musée Gallo-Romain, Lyon – France
« Paris Art Fair » Galerie Domeau & Pérès, Paris – France
« In the mood for Ikea » Biennale Internationale Design, Saint-Étienne – France

2012
« Tribute to Nanna Ditzel » Jil Sander Showroom, Milan – Italie
« Docks Art Fair » Galerie Georges Verney-Carron, Lyon – France

2011
« Textils » Arcade, Sainte-Colombe en Auxois – France

2010
« CirqueDe » Biennale Internationale Design, Saint-Étienne – France
« Who’s Afraid of Design » Biennale Internationale Design, Saint-Étienne – France

2008
« TGF » Biennale Internationale Design, Saint-Étienne – France

2007
« Printemps français » Riga – Lettonie

2006
« Giant Flat » Biennale Internationale Design, Saint-Étienne – France